Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

gamer life

  • Les jeux indépendants et serious games c’est la mode ?

    Si vous suivez encore l’actualité des jeux vidéos ces derniers mois, vous n’avez pas pu passer à côté du phénomène des jeux indépendants ! Je vais donc aborder cela dans ce dossier et en plusieurs parties. Avant de commencer, j’aimerai aborder le débat qui a très souvent lieu autour des jeux « indépendants ». Selon moi, un jeu dit indépendant est un jeu développé par de petits studios qui n’ont pas forcément de gros moyens, ainsi qu’aucun financement de la part d’autres entreprises (rien à voir avec des dons de joueurs par exemple).

    Le phénomène a toujours été présent mais l’est de plus en plus durant ces derniers mois. On peut par exemple noter la création de plusieurs sites dédiés uniquement aux jeux indépendants ou aux serious games comme par exemple le très sympathique Pro BTP dans le bâtiment et la rénovation . Ce site est lancé depuis quelques semaines et son concept est très simple, vous participez au site en postant des articles, des fiches de jeux (toujours sur de l’indépendant) et autres et vous recevez en échange des jeux.

    Le jeu indépendant, pourquoi est-il aussi mis en avant ?

    Il est vrai que dernièrement, le succès des jeux indépendants n’est plus à prouver ! On ne pourrait citer que Minecraft ou même Super Meat Boy par exemple. Minecraft  vient de dépasser les 5 millions d’inscrits dernièrement ! Il faut dire que ce qui fait le succès de ce type de jeu, c’est très souvent leur originalité et leur prix. Les jeux ne sont pas proposés à des prix exorbitants et c’est aussi ce qui attire le public.

    De plus, des prix aussi attractifs sont possibles grâce aux boutiques du type PS Store (encore plus bientôt grâce à Playstation Suite) & Xbox Live Arcade ou le célèbre Steam. Il vous suffit juste par exemple de lancer Steam pour vous apercevoir du nombre hallucinant de jeux indépendants qui sont proposés et à des prix très raisonnables ! On peut noter que la plupart de ces boutiques en ligne ont même une catégorie « Jeux indépendants ».

    Pourquoi les joueurs jouent-ils de plus en plus aux jeux indés ?

    Les joueurs jouent de plus en plus aux jeux indépendants tout simplement pour les raisons que j’ai cité plus haut dans l’article. Pour faire un rapide récapitulatif ce sont les raisons suivantes :

    Le prix : Souvent les jeux indépendants sont proposés sur des plate-formes de téléchargement à des prix dérisoires et proposent des vraies expériences de jeu. On peut par exemple noter l’édition rare de Super Meat Boy qui est en vente depuis quelques semaines pour seulement une vingtaine d’euros ! Et aussi des accessoires comme les boutons de manchette (boutons de manchettes JEU ou Geek) qui sont offerts dans le package…

    L’originalité : Les jeux indépendants sont très souvent des jeux originaux. Ils ont des concepts novateurs pour la plupart et c’est aussi ce qui fait leur charme. Cela contribue fortement au succès des jeux et c’est aussi ce qui fait qu’on parle d’eux de plus en plus.

    Les bundles : A l’heure actuelle, il y a beaucoup de bundles qui proposent des jeux indépendants. On pense au Indie Royale ou bien encore le Humble Bundle (pour ne citer que eux !). On découvre des jeux à moindre coût tout en dépensant de l’argent pour la bonne cause, puisqu’une partie des bénéfices que vous avez engendré est reversé à des œuvres caritatives.

    On peut aussi rajouter le fait que le gameplay soit souvent intuitif et qu’on est très vite captivé par celui-ci la plupart du temps. C’est un tout et je trouve qu’il y a peu de jeux à côté des jeux indépendants qui réunissent ces points là.

    Les développeurs indépendants, plus près des joueurs ?

    Il faut savoir que j’ai commencé à écrire ce dossier avant que l’ami RKL ne publie son article « Pourquoi les développeurs indé sont-ils si appréciés ? » que je vous recommande au passage de lire. Je voulais aussi aborder ce point puisque c’est important dans l’univers indépendant à l’heure d’aujourd’hui. Il faut savoir que les développeurs indépendants demandent souvent l’avis des joueurs et sont très à l’écoute des remarques. On peut reprendre encore une fois l’exemple de Minecraft qui propose des sondages aux joueurs pour choisir si une option doit voir ou non le jour dans le jeu. Ce sont donc directement les joueurs qui entrent dans le développement et qui donnent leurs avis.

    Ils sont aussi pour la plupart facilement accessibles (notamment sur Twitter) et bien plus sympathiques à contacter que ce soit via les réseaux sociaux ou par mail contrairement aux autres éditeurs/développeurs connus où là il faut passer par des agences (ce n’est pas forcément la même taille d’entreprise aussi, c’est vrai…).

  • Avis sur le jeu Bladestorm - The Hundred Years' War special histoire de France

    Bladestorm est un de ces jeux produits par Koei qui apparaissent de temps à autre et qui ne sont pas du tout reliés avec l'histoire de la Chine ou du Japon. Ici, le sujet est l'histoire de France et en particulier  la guerre de cent ans entre la France et l'Angleterre. Comme le nom le mentionne très bien, cette guerre s'est éternisée pendant plusieurs générations tellement les deux armées étaient de force égale. C'est alors que les mercenaires prirent un rôle important dans cette bataille. Ils étaient majoritairement mal vus par le reste de la société, mais ils avaient un code d'honneur, celui de remplir leurs contrats à terme. Au fil des batailles, les mercenaires se sont brillamment illustrés pour obtenir la reconnaissance des commandants. Quel côté choisirez-vous ?

    Scénario de Bladestorm

    Vous l'aurez certainement deviné,dans cette histoire de France  vous jouez le rôle d'un mercenaire, donc vous pouvez choisir votre camp comme bon vous semble. Votre point de départ est une taverne où son propriétaire a une affection incroyable pour les mercenaires. C'est également l'endroit où il sera possible de choisir ses missions, d'acheter de l'équipement, de recruter des troupes spécifiques et d'entendre quelques ragots provenant des habitués de la place. Les missions sont pratiquement toutes pareilles : il faut conquérir la ou les cibles. Avant d'entrer dans l'action, une carte est présentée pour montrer les alentours de la cible ainsi que les courants de batailles. Si on veut être efficace, il sera donc avantageux de commencer la mission dans une ville qui possède des unités déjà en route. La plupart des missions ont une limite de jours et chaque jour compte dix minutes de jeu.

          Lorsque notre mercenaire est sur le terrain, il doit absolument prendre en charge une unité car seul il n’est rien. Avec une unité en main, il peut alors se précipiter vers la bataille dans cette guerre de cent ans. De prime abord, les similitudes avec Dynasty Warriors sont élevées : on voit notre personnage qui court dans un monde vaste parsemé d'ennemis, mais votre première bataille vous montrera comment Bladestorm est différent. C'est simple, on ne contrôle pas les combats. On peut bouger le personnage, mais on n'aura pas le contrôle sur les coups qu'il va donner. Les combats dans Bladestorm sont plutôt une variante du roche, papier, ciseau. Par exemple, si vous contrôlez des archers, les chevaliers auront beaucoup de difficultés contre vous ; cependant, les unités avec des assassins ne feront qu'une bouchée de vos soldats. Il y a beaucoup d'unités à contrôler et si vous suivez les courants de batailles (c'est-à-dire que vous ne partez pas tout seul dans votre coin), d'autres unités seront disponibles et vous pourrez ainsi faire tourner les combats en votre faveur. Pour conquérir une ville, il faut tout d'abord éliminer toutes les unités qui la protègent et ensuite entrer dans le cœur de la cible avec une unité alliée. Lorsque c'est fait, le commandant de la ville va apparaître et il suffit que de l'éliminer pour contrôler la cité.

    Gameplay et graphismes

    Dans cette histoire de France, les combats sont simples, car en plus d'être basé sur roche, papier, ciseaux, il suffit de déplacer ses soldats vers l'ennemi et de maintenir le bouton R1 enfoncé pour entrer en mode combat. Lorsque votre groupe se bat, des habiletés spécifiques à l'unité choisie sont offertes. Par exemple, les soldats équipés d'un javelot pourront le lancer sur l'ennemi et les chevaliers peuvent charger un groupe d'ennemis pour les déstabiliser. Certains joueurs n'aimeront pas le fait de ne pas pouvoir contrôler le personnage principal, car il faut avouer que le jeu aurait pu être comme Kingdom of Fire et offrir la chance de contrôler le mercenaire tout en contrôlant les unités autour. Par contre, d'autres joueurs aimeront participer à des batailles épiques où des centaines de soldats y mettent leur vie en péril. Dépendant de l'intérêt qu'on y portera, Bladestorm peut être un jeu extrêmement répétitif, tout comme cette même redondance peut plaire avec des batailles où l'objectif est toujours le même, mais où le déroulement est différent.

          Graphiquement, Bladestorm est assez irrégulier. D'une part, on peut voir près d'une centaine d’unités simultanément en action sans ralentir le taux d'images par seconde, ce qui rend les batailles très intenses, mais de l'autre côté, les paysages sont plus qu’ordinaires et si ce n'était pas des personnages, on ne verrait pas de différences entre un jeu PS2 et PS3. En ce qui concerne les sons, il est très surprenant que les textes et dialogues soient en français et la qualité des voix est très bonne! La trame musicale comporte de très bonnes pistes qui concordent très bien avec l'action à l'écran. L'intensité des batailles est grandement rehaussée par la qualité de la musique.

    Bref, si le contexte de la guerre de cent ans vous intéresse moindrement, un coup d'oeil sur Bladestorm ne sera certainement pas un geste que vous pourrez regretter. Bien entendu, si tout ce qui vient de Koei ne vous intéresse pas, Bladestorm ne changera rien à cela, mais il reste que le concept des unités roche, papier, ciseaux jumelé avec des batailles intenses peut être extrêmement divertissant. Bladestorm est un excellent exemple d'un jeu sur l'histoire de France qui peut surprendre.

     

  • Test de Radiant Silvergun sur XBLA

    Le degré de perfection qu'atteignait Radiant Silvergun lors de sa sortie en 1998 n’a d’égal que la légende qui l’entoure aujourd’hui. Débarqué sur Saturn alors que la console était en fin de vie, terrassée par l’annonce en grande pompe de la Dreamcast, le shoot them up de Treasure est à la console de Sega ce que Persona 4 est à la PS2. Un dernier baroud d’honneur qui aura marqué les esprits, un adieu en fanfare. Certes, Radiant Silvergun aurait pu connaître un succès autrement plus grand s'il avait débarqué directement sur Dreamcast, mais il n’aurait jamais eu ce côté exclusif réservé aux grands titres sortis à peu d’exemplaires, ni la réputation d’être un jeu d’exception inaccessible au plus grand nombre puisque nécessitant une Saturn japonaise ainsi que quelques 130 euros pour se procurer la galette.
    Treize année après sa sortie, Treasure décide d’insuffler à son titre, peut-être le plus abouti du studio, une nouvelle vie par le biais du XBLA. C’est donc pour une petite quinzaine d’euros que l’on pourra aujourd’hui découvrir Radiant Silvergun, ce que nous ne nous sommes évidemment pas privés de faire.


    Radiant Silvergun : Parti pour sauver le monde


    radiant.JPGSi l’on sait maintenant tous ou presque que les Shoot them Up ne brillent jamais par leur scénario, qui consiste globalement à sauver le monde en éradiquant la menace à grands coups de missiles et de boulettes, certains studios portent tout de même une attention particulière à cet aspect boudé par la plupart. Radiant Silvergun ne réinvente certes pas la roue, mais il se démarque tout de même de ses congénères par plusieurs aspects. Le titre de Treasure se lance en effet sur un animé sympathique avec le studio Gonzo - à qui l’on doit notamment l’excellent Afro Samurai - aux manettes. Le style graphique de ce court métrage rappelle énormément celui de Guardian Heroes, un titre sorti l’année précédente sur Saturn et qui a fait l'objet d'une réedition il y a quelques jours. En moins de cinq minutes, il arrive à alterner avec une facilité déconcertante moments drôles et dramatiques, et se termine ni plus ni moins sur la destruction totale de notre chère planète bleue. De là en découlera notre aventure a priori décousue, puisque l’on commencera par le niveau trois avant de faire le deux, le quatre, le cinq, le six, pour terminer par le un. L’explication de cet apparent désordre se trouve dans la capacité de votre vaisseau à remonter le temps. Les stages sont en effet numérotés par ordre chronologique mais vous les parcourrez bien autrement, en profitant des failles du continuum espace-temps pour revenir dans le passé et essayer de sauver le monde.


    Armé pour tuer

    Vous incarnez tout au long de l’histoire Buster, un pilote émérite à qui a été confiée la mission de tester le prototype répondant au doux nom de “Silvergun”. C’est à bord de ce vaisseau que vous tenterez de rétablir l’ordre et de faire en sorte que vos acolytes et vous ne soyez plus les quatre uniques survivants de la race humaine.
    Les différentes conventions du shoot them up ont depuis bien longtemps établi que l’on devait commencer une aventure avec un faible armement, pour l’améliorer par la suite grâce à divers bonus récupérés sur les ennemis détruits. Ainsi, dans R-Type, on pouvait récupérer, en plus d’améliorations de puissance, un module supplémentaire qui s’accrochait à notre R5, tandis que l’on était amené à choisir son armement au fil de l’aventure grâce aux bonus dans Gradius. Dans Radiant Silvergun, et c’était déjà à l’époque une petit révolution, vous débutez avec toutes les armes disponibles. Il y en a sept au total, qui se déclinent de la manière suivante : trois armes principales, accessibles via un simple bouton et quatres autres armes qui sont des combinaisons des premières.
    On y retrouve ici les classiques tirs directs (Vulcan), puissants mais couvrant une faible zone de l’écran, le Homing, un tir téléguidé de faible puissance mais qui fait mouche sur chaque ennemi, ainsi qu’un tir qui part sur le côté du vaisseau (Spread), permettant de toucher les ennemis à notre niveau.

    Viennent ensuite les combinaisons de ces armes, qui auront des effets variés. La première est un laser balayant l’écran et se fixant sur un ennemi (Homing Plasma). Le tir reste alors verrouillé sur la cible et sa puissance augmente avec le temps. On trouvera également un tir qui balayera une petite zone autour du vaisseau et permettra d’envoyer un missile unique sur les éléments verrouillés (Homing Spread). La dernière combinaison vous permettra, elle, de tirer en même temps en avant et en arrière (Back Wide).
    Une arme supplémentaire est également disponible, la plus puissante du jeu mais également la plus difficile à utiliser. Elle est le résultat de la combinaison des trois armes principales et est symbolisée par une épée à très courte portée (Radiant Sword) qui détruira la plupart des ennemis en un seul coup et permettra d’absorber les boulettes roses tirées par vos opposants. Une fois qu’elle aura “ingéré” dix boulettes, vous pourrez lancer une ultime attaque (Hyper Sword), qui balaiera une très large partie de l’écran et vous rendra invincible pendant quelques précieux instants.

  • Test de Gears of War 3 - suite

    geras-of-wars.JPGDans les précédents opus, le multijoueur ne plaisait pas à tous. En effet, les cartes n'étaient pas toujours bien étudiées, ce qui fait que les parties ressemblaient parfois à un sitting de protestataires sur la place de la Défense. Un programme pas très palpitant, mais qui laissait parfois sa place à des manches sanglantes dans lesquelles tout le monde y allait gaiement au fusil à pompe. Rassurez-vous, Epic Games a su gommer les défauts des deux premiers volets de la série et le multijoueur de Gears of War 3 s'avère ainsi des plus grandioses. Même si les modes ne rivalisent pas vraiment d'ingéniosité, allant du simple Deathmatch à la capture de territoire, il faut dire que c'est beaucoup plus dynamique qu'avant grâce au mode tout neuf, permettant de ressusciter après avoir été tué. Attention tout de même, un compteur de morts possibles restantes est présent pour chaque équipe et le premier à zéro a perdu.

    Les cartes sont plus équilibrées avec des armes réparties correctement un peu partout sur la map, les plus dévastatrices étant placées stratégiquement, permettant aux équipes d'exploser les dents de ceux qui oseraient camper une position en capture de territoire par exemple. C'est tellement dynamique que l'on assiste parfois à des retournements de situation au dernier moment avec une équipe qui prend d'un coup l'avantage dans la bataille.

    Certains joueurs se plaignent du nombre trop important du shotgun à un coup, vraiment très puissant. Il est vrai que cela peut s'avérer gênant mais il faut noter que les cartes sont assez bien conçues pour pouvoir s'équiper d'une arme de plus longue portée, puis de contourner sa cible à la prochaine réapparition pour la prendre à revers. Il est aussi possible de prendre un ennemi qui rampe à terre en otage pour l'envoyer ensuite sur ses alliés, une grenade collées dans le dos. Surprise ! Enfin, sachez que plusieurs skins de personnages sont évidemment déblocables, tout comme pour les armes. Certains exploits dans les parties permettent d'engranger plus d'expérience, ce qui ne sera pas de trop pour atteindre le niveau 100 maximal (oui, comme dans Pokémon).

     

    Gears of War : Je ne me souvenais pas avoir laissé ma maison dans cet état

    Dans Gears of War premier du nom, c'étaient des environnements sombres qu'il était donné d'arpenter, avec des passages assez effrayants comme des corps mutilés qui tombaient devant le joueur. Le second volet de la saga était beaucoup plus coloré et proposait une longueur de champ grandiose, même pour des décors souterrains qui composaient la plupart de l'aventure. Mais dans cet ultime opus, les grottes et tunnels sont tous noyés et nos Gears préférés ne sont pas du genre à prendre un sous-marin à la Capitaine Nemo. La campagne nous projette ainsi presque entièrement en extérieur. Résultat, c'est beaucoup plus lumineux, les décors sont gigantesques et impressionnent à chaque nouveau niveau. On passe du pont d'un bateau à une plage paradisiaque en passant par les ruines d'une ville jadis pleine de vie. Alors qu'on pourrait craindre une certaine répétitivité, les environnements variés, les quelques phases en véhicules comme des camions équipés de tourelles et les boss parviennent à ne laisser aucune place à la lassitude et la petite dizaine d'heures nécessaire à boucler la campagne passe bien trop vite. C'est beau, ça fourmille de détails, l'Unreal Engine s'avère très performant, et même au niveau des personnages, modélisés avec plus de précision. S'ajoutent à cela les effets de lumière très jolis, que ce soit le soleil sur les armures de nos héros ou bien une lampe qui filtre à travers une cage d'escalier. Subsistent quand même quelques bugs graphiques et des textures qui mettent parfois une bonne seconde à s'afficher complètement mais mis à part cela, c'est magnifique. En multijoueur, on retrouve certains décors de la campagne mais assez modifiés pour ne pas avoir une impression de déjà-vu. Il est ainsi possible de s'entretuer entre amis sur un terrain de trashball hors-service, ou un chantier désaffecté, en passant par un hôtel de luxe complètement ravagé.

    On a évoqué plus haut des dialogues drôles et très bourrus des personnages mais il n'y a pas que ça dans Gears of War 3. Epic Games nous propose le thème emblématique de la saga, évidemment, ainsi que des mélodies dynamiques durant les combats. Les courts et rares moments de répit sont quant à eux accompagnés par une musique lente et solennelle qui nous plonge littéralement dans l'ambiance. Niveau bruitages, rien n'est plus agréable à l'oreille qu'un crâne qui explose sous une botte à semelle métallique. On apprécie toujours autant les cris des Boomers avant qu'ils ne tirent une roquette meurtrière et le son caractéristique des tickers qui approchent pour s'exploser sur les Gears. A noter quelques problèmes de lip synch qui font qu'à certains moments, les paroles ne sont pas coordonnées avec les lèvres pulpeuses de nos combattants. De plus, les dialogues sont parfois difficilement audibles durant les cinématiques pleines d'action.

  • Avis sur le jeu Gears of War 3

    gears.JPGC'est donc reparti pour le combat ! Dès la première heure passée, on ne peut que constater que les mécaniques de jeu sont toujours aussi diablement efficaces. Le système de couverture déjà très performant dans les deux premiers volets a ainsi été amélioré et il est désormais possible de mettre un coup de pied à un ennemi placé derrière un rempart en l'enjambant. Il ne reste alors plus qu'à sortir la tronçonneuse pour lui porter le coup de grâce... Ou bien lui exploser la tronche avec un tir de fusil à pompe bien placé. De nouvelles armes sont d'ailleurs disponibles comme un shotgun surpuissant qui doit être rechargé à chaque utilisation ou un sniper qui élimine sa cible en un seul tir, pour peu qu'on lui laisse une bonne seconde pour la cibler. Très sympathique, surtout en multijoueur, une arme locuste permet de lancer une sorte de créature explosive sous les remparts afin de déloger des campeurs.

    Bien entendu, Gears of War 3 ne fait pas dans la dentelle et s'avère l'épisode le plus violent de la série, même s'il est possible de désactiver l'hémoglobine pour les plus sensibles. Il suffit de voir quelques exécutions (chaque arme en propose une) pour s'en convaincre. Qu'il est jouissif d'exploser la tête d'un ennemi en mettant tout le poids de son corps sur une machette posée sur son crâne ! Les Locustes regrettent d'avoir équipé leurs troupes de ce fendoir, c'est certain. Le mieux reste l'élimination sauvage lorsque l'on joue un Locuste en ligne. Arracher le bras d'un ennemi rampant pour le tabasser à mort avec, ça n'a pas de prix.

    A noter le fait que les montagnes de muscles qu'il est proposé de jouer paraissent moins lourdes qu'avant, ce qui se ressent encore plus avec les personnages féminins, Anya et Sam étant plus fines que leurs compagnons. On passe rapidement d'une couverture à une autre, on tire sur un Locuste en train de se battre contre un Lambent, avant de se planquer et lancer une grenade dans le tas. C'est dynamique, fluide et bourré d'action. La campagne de Gears of War 3 est à coup sûr la plus explosive et on a le doigt sans cesse appuyé sur la gâchette de tir, quand ce n'est pas sur Y pour exploser la tête d'un ennemi à terre, X pour ramasser des munitions ou B pour exécuter une attaque de mêlée. Il est aussi possible d'en demander à ses compagnons de jeu, au cas où on se retrouverait à cours, isolé en pleine bataille.

    Les rechargements rapides sont toujours de la partie et demandent une certaine dextérité en difficulté Dément, réservée aux joueurs les plus obstinés ou malades mentaux. En effet, si normalement il est possible de se faire réanimer par un allié lorsqu'on a encaissé trop de dégâts, ce n'est pas possible en difficulté maximale et la célèbre tête de mort rouge dans un engrenage synonyme de Game Over sera bien souvent visible. Petite mention spéciale au boss de fin qui est le plus difficile de la saga et même et un des plus coriaces de tous les TPS.

     

    Gears of War : Plus de filles, tous sur le multi !

    Sauver la planète c'est bien, mais il n'y a pas que l'appel du devoir dans la vie, il y a aussi l'amusement avec le célèbre mode Horde. Ce dernier est passé en version 2.0 et propose toujours de repousser 50 vagues successives d'ennemis sur les cartes multijoueurs un peu réaménagées pour l'occasion, avec d'autres ouvertures pour permettre l'invasion ennemie. Le but reste de survivre à l'assaut des Locustes et Lambents, ce qui s 'avère particulièrement agréable et aussi plus facile avec jusqu'à trois amis. Néanmoins, il a été grandement amélioré depuis Gears of War 2. En effet, chaque victime rapporte de l'argent qu'il est désormais possible de dépenser entre chaque nouvelle vague dans des fortifications afin de ralentir et blesser les ennemis, ou bien des tourelles, voire des Silverback. Cette petite merveille de technologie, aussi présente dans la campagne, n'est rien d'autre qu'un robot armé de deux tourelles dévastatrices dans lequel le personnage peut grimper afin de mitrailler les vagues d'ennemis. Il s'avérera très utile mais ne fera parfois pas le poids face aux boss, qui débarquent toutes les dix vagues. On vous laisse la surprise de les découvrir par vous-mêmes mais sachez déjà que vous ne serez pas déçus.

    Autre nouveauté pour Gears of War 3, c'est le mode Bestial. Celui-ci s'avère tout simplement être un mode Horde, mais du côté des vilains puisqu'il permet d'affronter des humains à l'aide des Locustes. Au début de la partie, une somme d'argent est allouée au joueur, ce qui lui permet d'acheter un personnage à incarner, allant du petit ticker sauvage, même pas explosif, à la dévastatrice Berserker (déblocable au bout d'un certain nombre de vagues). Chaque créature possède une jouabilité spécifique, une certaine résistance, une certaine force d'attaque et évidemment un certain coût. Les Lambents ne sont pas jouables mais de nouvelles sortes de Locustes ayant fait leur apparition, il est possible de choisir entre une quinzaine de types de personnages. Très fun, les douze vagues de ce mode se finissent en une petite heure mais on devient vite accro à jouer les méchants, ce qui apporte une très bonne replay value au titre, en plus des succès à débloquer et même des easter eggs très amusants dans la campagne, comme par exemple le poulet Lambent géant du premier niveau. Et n'oublions pas non plus le multijoueur, défaut de la série pour certains, véritable défouloir pour d'autres.

  • Avis sur le jeu Uncharted 3

    J’ai joué à Uncharted 3 avec des sentiments mêlés. Je crois que je n’avais jamais vu un jeu qui présente une telle répulsion à l’idée d’être joué, qui haïsse à ce point l’idée d’avoir un joueur. Uncharted me fait l’effet d’un bonbon sucré. Un bonbon que j’aurai sucé avec un certain plaisir jusqu’à ce qu’il me recrache. Oui, j’ai été recraché par un bonbon. C’est cela Uncharted. 

    uncharted-2-avis.JPG

    Il est amusant qu’un jeu qui s’appelle uncharted soit à ce point balisé. Évidemment, la première chose qui frappe lorsqu’on y joue est l’incroyable facilité du jeu. Il n’y a pas grand chose à faire sinon se couler dans les rails qui ont été prévus pour cela et appuyer à peu près au bon moment sur le bon bouton au bon endroit. Uncharted c’est ce jeu où l’on incarne un réticule qui doit suivre des points dans l’ordre indiqué par le développeur.

    Entendons nous bien. J’ai apprécié cela. J’ai apprécié que le jeu ne me demande rien. Qu’il me fatigue si peu. Si j’ai mis Uncharted dans la playstation, c’est d’abord parce que je me traînais avec la fièvre à la maison et que je n’étais bon à rien. « A sucer des poires belle-hélène, les mains pleines de confiture, je suis fier de ne rien faire, fier de ne savoir rien faire », dit la chanson. Je suis sincèrement reconnaissant au jeu d’avoir accompagné ce désir là.

     

    Je crois que l’on pourrait classer les jeux en fonction des positions corporelles qu’ils exigent : jeux où l’on se penche en avant, jeux où on se laisse aller en arrière. Uncharted est au plus haut point un jeu de l’arrière, un jeu de canapé, un jeu qui va si bien avec le genre d’attention diffuse que produit le téléviseur. Les choses glissent sans profondeur ni passion, sans jamais exiger la moindre réflexion sur ce que l’on voit ; comme si cela allait de soi, comme s’il n’y avait pas de médium. Une immersion périphérique, par enveloppement, plutôt que par une plongée active dans les choses à l’écran comme j’y suis habitué.

     

    Je ne peux pas dire que cela soit désagréable. Uncharted est sucré comme ces fraises haribo que l’on picore sans même se rendre compte que l’on s’est enfilé tout le paquet. Il y a parfois des effluves qui nous renvoient à une pincée de nostalgie. Parfois le sentiment de retrouver quelque chose des vieux point&click Indiana Jones et cela fait du bien.

    Et puis il y a ces moments où le jeu trahit son propre régime. Dès que l’on quitte les phases d’exploration ou d’énigmes pour les phases de tir. Qui relèvent pour moi de la corvée pure et simple. Sans doute parce que je ne peux les concevoir sans ressentir l’écart avec le modèle du FPS sur PC. Je suppose que si l’on n’a pas ce modèle, elles doivent glisser comme le reste. Mais là où le FPS procure une forme de maîtrise millimétrée, le jeu au pad est un enfer. Bien sûr, tout a été ménagé pour que là encore cela soit facile. Mais facile ne veut pas dire gratifiant quand tout est si décalé par rapport à mes attentes, quand tout est si dénué de toute élégance. Alors je finis par donner des coups de poing plutôt que de tirer avec les armes. De toute façon, le personnage est quasiment invulnérable…

    C’est à ce point que le bonbon me recrache. Je sens que ce jeu qui avait déjà à ce point restreint mes interactions, déjà à ce point limité au plus strict minimum ce que je pouvais faire, ce jeu qui n’avait pas tellement besoin de moi perd patience.

    Il me parle, il m’insulte : « alors, connard, tu n’es même pas foutu de gagner ce combat. Pauvre type, je te demande si peu et de cela tu n’es même pas capable ». C’est vrai. Depuis le début, ce jeu me déteste. Ce jeu déteste son joueur, déteste l’idée qu’il puisse être joué. Alors, il circonscrit au maximum l’action du débile, de ce parasite qui risque de tout foutre en l’air. Mais le joueur continue à tout foutre en l’air. Il est toujours trop mauvais pour un jeu qui – il le sent bien – se déroulerait mieux sans lui. Ah si j’étais tout seul dit le jeu, je serai enfin ce que je rêve d’être, du cinéma de seconde zone.

    « Alors dégage » que le jeu me dit. « Alors dégage » que je lui dis. All game et no play. Précisément la chose la plus haïssable et la plus idéologique du monde. Ici, sucrée.

     

  • Avis sur le jeu DANCE CENTRAL - partie 2

    Dans le jeu DANCE CENTRAL vous débloquerez les niveaux de difficulté supérieurs en obtenant minimum 3 étoiles, ceci pour chaque chanson. Pour débloquer les medleys il faut aussi obtenir 3 étoiles sur les 4 morceaux qui composent ce medley.

    dance-central-test.JPG

    Mais ne stressez pas, en mode facile vous devriez pouvoir vous débrouiller, même si pendant votre adolescence vous regardiez sans cesse les autres danser en fixant votre gobelet rempli de Banga. Il n’y a pas de Game Over, c’est une sorte de mode sans échec! Vous vous ferez un peu vanné par la voix off qui vous invitera à ne pas lâcher l’affaire!

    Si vous êtes vraiment à la masse, le mode « On décompose » est pour vous. Ce mode vous montre chaque figure du morceau en question, passez alors en revue les mouvements sans la pression du temps imparti car vous pourrez ralentir le rythme à votre convenance.

    Vous pourrez aussi jouez en « Battle », non pas à deux en même temps, mais chacun son tour, sur une chanson: le joueur 1 commence son show sur la première partie de la chanson, puis au deuxième, ce qui laisse un peu de répit au premier joueur pour revenir finir sa choré sur la deuxième moitié du titre.

    Le changement de joueur se fait pendant le moment de liberté totale appelé « Freestyle » où vous pourrez faire n’importe quoi pendant quelques secondes et revoir cette scène sous forme d’une animation fun faite des photos prises de vous: un grand moment de solitude!!

    La Playlist de Dance Central : bon Juke-Box de 32 morceaux!

    Audio Push — « Teach Me How To Jerk » – Basement Jaxx — « Rendez-vu »

    Beastie Boys — « Body Movin’ (Fatboy Slim Remix) » – Beenie Man — « King Of The Dancehall »

    Bell Biv DeVoe — « Poison » – Benny Benassi — « Satisfaction »

    Cascada — « Evacuate the Dancefloor » – Christina Milian — « Dip It Low »

    etc.

    Un 16/20 pour ce titre qui sonne le début des jeux de danse sans fil sans manette sans rien du tout ! Une bonne playlist qui ravira les amoureux de hip-hop old school, de R & B avec des titres phares(trop rares sur les autres jeux de danse), ainsi que les fans de Lady Gaga et de tubes récents, en effet, Harmonix n’a pas lésiné sur les licences et on aime ça !

    Pour le comparer à Just Dance 2, Dance Central est au-dessus pour les graphismes, l’habillage, le gameplay et surtout pour une reconnaissance gestuelle quasi PARFAITE,  mais il se situe en dessous au niveau de la playlist, du nombre de modes de jeux et du fait de ne pas pouvoir jouer à plusieurs simultanément.

    Vous pourrez enfin vous dépenser chez vous avec vos amis et bien délirer sur Dance Central, alors sortez les mains de vos poches, n’ayez pas peur du ridicule et faites de la place, vous en aurez besoin!